Skip to main content
QSR (NYSE)
$54.77
|
1.04

As of August 10, 2020 Close

Burger King crée un partenariat avec Cargill et le WWF pour la restauration des prairies

Burger King et Cargill s’associent au World Wildlife Fund et aux éleveurs des Grandes Plaines du Nord pour lancer un programme de restauration des prairies sur trois ans. Cette initiative rassemble deux grandes sociétés qui fournissent la viande bovine aux Américains dans le but de contribuer à réhabiliter des sols improductifs en de prospères écosystèmes - les bovins jouant ici un rôle essentiel. Ce programme a pour objectif de restaurer les prairies qui soutiennent les éleveurs, la faune ainsi que l’environnement.

Objectifs du projet

Dans le cadre de l’engagement des sociétés aux United Nations’ Sustainable Development Goals,[Objectifs de développement durable des Nations Unies], le programme vise à restaurer près de 8 000 acres de prairies (l’équivalent de plus de 6 000 terrains de football) qui avaient été labourées et remplacées par des cultures et des herbes non-indigènes, changeant ainsi l’écosystème des Grandes Plaines du Nord. De vastes parcelles de terrains improductives seront ainsi reconverties en plaines de diversité écologique, les bovins jouant le rôle de principaux brouteurs au sein de l’écosystème pour l’entretenir. Outre le soutien à la biodiversité, le projet de réensemencement vise à maintenir la stabilité de notre climat en réduisant les gaz à effet de serre dans l’atmosphère. S’il réussit, ce programme devrait réduire l’émission d’une quantité de carbone équivalente à près de 112 millions de kilomètres couverts par une voiture de tourisme moyenne.1

Le projet s’inscrit dans le cadre des efforts soutenus de Burger King et Cargill pour concilier l’élevage des bovins et la protection de l'environnement. La collaboration poursuit la Sustainable Ranching Initiative [initiative de l’élevage durable] existante du WWF, permettant aussi aux éleveurs de mettre en œuvre des pratiques de pâturage durable une fois que les plantes sont parfaitement établies.

quality assurance

Avantages du réensemencement

Le processus de réensemencement réintroduit les herbes indigènes de l’écosystème qui ont évolué afin de soutenir la faune des prairies et maintenir l’environnement dans son état naturel par de profonds systèmes racinaires. Les racines, qui peuvent parfois atteindre 3 à 4,5 mètres, remplissent de multiples fonctions :

  • Elles tirent du carbone de l’atmosphère et le stocke dans le sous-sol, créant l’un des puits de carbone les plus stables au monde qui participe au maintien de la stabilité du climat.2
  • Les racines sécurisent les plantes et la couche arable, qui seraient autrement emportées par l’eau ou le vent.
  • Essentiellement, les racines tirent aussi efficacement l’eau dans le sous-sol. De ce fait, l’eau est stockée et utilisée durant les périodes de sécheresse cyclique des prairies, et l’eau de pluie ne se déverse pas dans les cours d’eau environnants, en entraînant une partie du sol et des matières polluantes telles que les engrais résiduaires des cultures.3
  • Les prairies indigènes offrent également un habitat à une grande diversité d’oiseaux et d’autres espèces des prairies.4

Les Grandes Plaines du Nord dépendent de gros troupeaux d’animaux en pâturages pour assurer la santé de l’écosystème. Les brouteurs assurent la santé des prairies en maintenant l’équilibre au sein de la communauté végétale et en tirant naturellement dans les sols de plus grandes quantités d’eau et de carbone, tout en broutant. Correctement gérés, les bovins peuvent remplir un rôle important : aider à la prospérité des prairies et de la vie sauvage.

roots

Le simulateur de précipitations est un outil que l'on utilise pour illustrer le rôle des prairies dans la collecte de billions de litres de pluie et de fonte des neiges chaque année. Cliquez sur le résumé graphique pour en apprendre davantage et visionnez la vidéo de démonstration ici (disponible seulement en anglais).

 

Collaboration de l’industrie

Environ un cinquième des bovins de boucherie des États-Unis proviennent d’États contenus dans les Grandes Plaines du Nord.5 La majeure partie de cette région écologique, couvrant cinq États des États-Unis et deux provinces canadiennes, compte des propriétés privées dont certaines familles exploitent les terres depuis plus de 150 ans. Grâce à des groupes locaux, tels que la Rancher Stewardship Alliance, des participants seront identifiés pour réensemencer les terres cultivables marginales avec des herbes indigènes qui séquestrent le carbone. Cette initiative axée sur le Montana et le Dakota du Sud visera à amplifier les travaux déjà en cours dans la communauté des éleveurs, et suscite un fort intérêt parmi les éleveurs de la région. Les éleveurs de bovins seront à l’avant-garde de cette initiative de développement d’une base de restauration de l’écosystème qui, au fil de sa croissance, invite à une participation plus active.

roots

Évaluer les avancées

Pour superviser les progrès de l’initiative de restauration des prairies, les changements dans la fixation du carbone dans le sol, l’infiltration de l’eau et la réaction de la faune à cette initiative de restauration des prairies seront mesurés à l’aide des dernières pratiques normales de l’industrie. Des outils de mesure du carbone feront l’objet d’études et d’essais afin de s’adapter continuellement à l’évolution des meilleures pratiques.



Par le biais de ce projet, Burger King, Cargill et le World Wildlife Foundation visent à restaurer près de 8 000 acres des Grandes Plaines du Nord, à soutenir les communautés d'éleveurs et la faune, et à ralentir éventuellement les effets des changements climatiques.

1 Cette estimation a été effectuée à l’aide de COMET Planner du ministère américain de l’Agriculture (un système de calcul des gaz à effet de serre pour les ranches et les fermes) conjointement avec le calculateur des équivalences des gaz à effet de serre de l’Agence américaine de protection de l’environnement US Environmental Protection Agency's Greenhouse Gas Equivalencies Calculator. Les déclarations ont été vérifiées par Patrick Lendrum, responsable scientifique des Grandes Plaines du Nord du WWF et Martha Stevenson, directrice principale de la recherche et des initiatives stratégiques, et des forêts du WWF.

2 Sanderson, John S., et al. “Cattle, Conservation, and Carbon in the Western Great Plains.” Journal of Soil and Water Conservation, vol. 75, no. 1, 2019, doi:10.2489/jswc.75.1.5a.

3 Kerlin, Kat. “Grasslands More Reliable Carbon Sink than Trees.” Science and Climate, University of California, Davis, 13 mai 2020, https://climatechange.ucdavis.edu/news/grasslands-more-reliable-carbon-sink-than-trees/.

4 Werling, B. P., et al. “Perennial Grasslands Enhance Biodiversity and Multiple Ecosystem Services in Bioenergy Landscapes.” Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 111, no. 4, 2014, pp. 1652–1657., doi:10.1073/pnas.1309492111.

5"National Agricultural Statistics Service." USDA, US Department of Agriculture, www.nass.usda.gov